Un texte de Mélodie Descoubes | Dossier Santé

Avez-vous déjà englouti un pot de crème glacée, un sac de biscuits, des croustilles et du chocolat en une seule soirée parce que vous vous sentiez angoissé? L’hyperphagie, ça vous dit quelque chose? C’est un trouble alimentaire qui se caractérise par la surconsommation compulsive d’aliments. Il existe un groupe de soutien pour apprendre à mieux vivre avec son besoin irrésistible de manger de façon déraisonnable : les Outremangeurs Anonymes.

« Nous avons admis que nous étions impuissants devant la nourriture – que nous avions perdu la maîtrise de notre vie ».  C’est ainsi que s’énonce le premier article du programme des Douze Étapes proposé par les Outremangeurs Anonymes (OA). Ceux-ci considèrent la nourriture et le poids comme des symptômes du problème : « nous avons recours à la nourriture de la même façon que les alcooliques ont recours à l’alcool et les toxicomanes à la drogue ».

Pas un groupe de régime

À l’image des fraternités Alcooliques Anonymes (AA) ou Narcotiques Anonymes (NA), les Outremangeurs Anonymes (OA) se réunissent plusieurs fois par semaine sur Zoom, pandémie Covid-19 oblige.  Des réunions qui sont gratuites et accessibles à tous. Les participants s’identifient seulement par leur prénom pour assurer leur anonymat et éliminer toute barrière socio-économique ou religieuse. Ces sessions de témoignage codifiées n’encouragent aucun régime alimentaire, mais plutôt une « transformation intérieure ».

Avant de commencer leurs réunions, les OA font la lecture des 12 étapes ainsi que des 12 traditions. Des textes inspirés du Gros Livre, ouvrage emblématique des Alcooliques Anonymes. Si chacun peut présenter des symptômes qui lui sont propres, ces écrits permettent de trouver une solution commune. Il n’est pas question de guérison ici, mais de vivre sereinement avec son trouble alimentaire et de « se rétablir à trois niveaux : physique, émotif et spirituel ». 

Appels téléphoniques, écriture, lecture ou encore parrainage font partie des différents outils adoptés par les Outremangeurs Anonymes. Ils peuvent demander à n’importe quel membre de les parrainer, c’est avant tout une question de feeling.  « Ma marraine m’aide à gérer mes angoisses et mes doutes. Je peux la contacter à n’importe quel moment quand j’en ressens le besoin », explique Marie*. 

Groupe de soutien

Une trentaine de personnes étaient présentes sur Zoom pour la réunion intitulée : être ou paraître. Certains se font plus discrets que d’autres derrière leur écran. Des sourires se dessinent sur les visages et la bienveillance se fait vite ressentir au sein du groupe. 

L’animateur à l’humeur conviviale est lui aussi un outremangeur. Il accueille et rassure chaleureusement les nouveaux venus : « tu es à la bonne place, tu vas trouver du soutien ». « Comment vous abstenez-vous de critiquer les autres ? » est le thème lancé pour la session de témoignage. 

À tour de rôle, les OA répondent en un temps maximum de trois minutes et écoutent attentivement les autres. Quelques histoires font esquisser des sourires, d’autres au contraire, mettent en lumière la difficulté de vivre avec un trouble alimentaire au quotidien. « J’ai entendu des témoignages dont j’avais vraiment besoin, ce soir », mentionne *Marc.

Beaucoup d’émotions se succèdent durant cette table ronde virtuelle d’environ deux heures. Chacun se fait féliciter pour sa prise de parole. Facile pour certains, plus compliquée pour d’autres, celle-ci n’est pas obligatoire. L’écoute est un vecteur important. La compassion et l’espoir habitent visiblement les membres du groupe, qui ont tous un rapport excessif avec la nourriture, peu importe leur âge.

On retrouve aussi dans ces réunions un objet symbolique des fraternités: le jeton qui marque six mois d’abstinence, remis au OA qui y parvient lors d’une petite cérémonie habituellement tenue à la fin de la séance. « Ça nous permet de voir la lumière au bout du tunnel lorsque nous voyons un de nos membres réussir », souligne Jean*. « Le jeton est une source de fierté qui nous rappelle le chemin parcouru, les jours d’abstinences qui s’accumulent », ajoute Amélie*, qui le compare à une « vraie pépite d’or ».

Pour joindre les Outremangeurs Anonymes

514 490-1939 ou 1 877 509-1939

*Pour préserver l’anonymat, les prénoms des personnes citées ont été modifiés.

Abonnez-vous au format numérique afin de découvrir les articles du magazine portant sur la santé mentale

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres textes sur le Suicide

Autres textes sur Santé mentale

Autres textes sur Santé

Autres livres pouvant vous intéresser

Partager pour mieux aider !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.