Survivre, agir en matière de suicide

Repérer les cris. Conscientiser sur les mots de détresse. Agir. Vous avez ici les 10 mots qui sont au cœur de notre plan d’action pour l’année en cours. Un plan d’action qui porte avec fierté son titre. L’organisme Survivre est en marche, active et déterminée, vers le respect de ses objectifs en matière de nouvel état des lieux en santé mentale, plus particulièrement en matière de prévention du suicide.

Les trois grands chantiers de notre organisme en 2018 : Cartographier, décoder et conscientiser

Notre analyse sur l’Indice de souffrance numérique est le premier levier de notre plan d’action. Nous souhaitions repérer la souffrance, telle qu’elle est exprimée, là où elle se trouve. Un chantier qui se déploie jusqu’en juin 2018 et qui donnera naissance au mémoire “L’état de la souffrance : un nouveau langage de crise”, qui sera dévoilé et présenté en août 2018. Une cartographie de l’expression de la détresse actualisée, un regard neuf mais résolument préoccupant sur les nouveaux enjeux en matière de prévention du suicide et de compréhension du langage de la détresse. Une conscientisation sur les nouveaux lieux d’expression de la souffrance et des mots pour le dire.

Sonner l’alarme en prévention du suicide, mais aussi agir

Conscient de son rôle de sonneur d’alarme de par son projet de recherche d’Indice de souffrance numérique, notre organisme se présente aussi en tant qu’acteur agissant. Initiateur du chantier d’analyse, certes, mais aussi rassembleur de forces vives du milieu de la santé mentale dans la grande réflexion que suggère l’importance d’un nouvel état des lieux en expression de la détresse psychologique. L’importance de le faire avec un regard actuel, sans prétention autre que le réaliser grâce aux intervenants et intervenantes dédiés-es du milieu de la santé psychologique au Québec.

Sonner l’alarme et agir, c’est aussi créer, organiser et déployer des moyens concrets pour adresser la problématique du suicide, proposer des solutions et les mettre en place. Utiliser les fruits de notre recherche pour se doter de nouveaux moyens d’agir en matière de prévention du suicide. C’est là où, en septembre 2018, nous pourrons porter un regard gratifiant sur la réalisation des objectifs du plan d’action que nous nous étions proposé.

Au-delà du difficile regard sur une réalité, l’espoir

Nos travaux sont porteurs d’espoirs. Bien qu’ils mettent en lumière une réalité particulièrement préoccupante et alarmante en matière de détresse psychologique et de souffrance proprement dite, il n’en demeure pas moins qu’ils portent en eux des pistes de solutions remplies d’espoir. C’est ce qui guide nos actions, au quotidien. Nous sommes résolument convaincu que nous pourrons agir, et agir autrement, en complément des forces déjà bien présentes pour aider.

Notre organisme, Survivre, s’inscrit avec fierté dans ce grand combat pour la vie, pour faire vaincre le très beau projet qu’est le choix de survivre à ses difficultés en choisissant la vie. Nous continuerons de repérer, conscientiser, agir en prévention du suicide, et remercions plus particulièrement le partenaire de cette recherche, Le Journal de la Rue, sans qui nous n’aurions pu lancer les bases de notre plan d’action.

Partager pour mieux aider !

Laisser un commentaire