Promouvoir l’éducation en matière de prévention du suicide en offrant aux écoles, organismes communautaires, pairs aidants, parents et intervenants des ateliers et des outils de prévention à ce sujet.

Mieux comprendre les enjeux en amont

À la mi-août 2018, Survivre présentera les conclusions d’une analyse menée par divers intervenantes et intervenants du milieu à propos des critères pris en compte en situation de veille numérique. Les conclusions à partir des différentes observations permettront de mieux détecter le langage de crise et de dégager des orientations pédagogiques d’intervention afin de venir en aide aux personnes en détresse psychologique ou souffrant de problématiques en santé mentale et présentant des symptômes suicidaires.

Se placer en situation d’écoute pour une meilleure compréhension

Nous croyons qu’il est plus que jamais nécessaire pour les institutions de santé, en santé mentale plus particulièrement mais aussi dans le milieu scolaire notamment de s’aiguiller sur un objectif porteur : réapprendre à apprendre de nos jeunes.

C’est pourquoi des groupes témoins et des consultations ponctuelles accompagnent le chantier d’analyse afin d’assurer une meilleure lecture et une compréhension plus juste de la réalité des jeunes québécoises et québécois en matière de prévention du suicide.

Outiller concrètement les parents, enseignantes et enseignants ainsi que les intervenantes et intervenants

Dégager à partir des conclusions de l’analyse et des observations soulevées par les groupes témoins un plan d’action rigoureux, concret et adapté à une intervention mieux ciblée, davantage en amont des moments de crise qui se concluent trop souvent par des gestes suicidaires ou d’auto-mutilation.

Nous souhaitons, par un soutien envers le monde scolaire, familial et communautaire, présenter le plan d’action terrain et supporter la création de milieux d’échanges favorisant le dépistage de situations potentiellement propices au passage à l’acte.

Dépôt du mémoire en septembre 2018

Survivre rendra publique son mémoire sur L’état de la souffrance : langage de crise dès septembre 2018. Pour toute information concernant cette analyse ou pour supporter les travaux de Survivre, vous pouvez contacter la direction des communications dont les coordonnées apparaissent dans la page nous joindre.

Partager pour mieux aider !